vert forêt

installation éphémère, Place des Arts Montréal 2003

Je propose une installation qui respecte le contexte et l’utilisation du bassin, comme élément d’importance dans l’architecture de l’esplanade et comme lieu de détente privilégié par travailleurs et touristes.
Le titre, Vert Forêt, nous renvoie à la relation du paysage urbain à la nature.
Si le paysagement peut être un simulacre de la nature, cette pièce en est une abstraction totalement artificielle. La fontaine projette de l’eau chlorurée sur une haie inorganique, fabriquée d’aluminium et de verre. Tous les matériaux en cause sont issus de processus industriels.
Une forme stricte est imposée à la matière chaotique que sont les éclats de verre, imitant la croissance organique d’un buisson taillé en une haie lisse. . Cette opposition entre ordre et désordre, dans cette installation misant sur la diffraction, la réflexion et la réfraction, imite également le contraste entre l’eau mouvante et la rigueur linéaire du bassin qui la retient.